Instinctivement, on situerait plutôt en Russie le berceau du peuple slave. Pourtant c’est en Ukraine qu’a été fondé le premier Etat slave oriental : la Rous’ de Kiev, qui est restée jusqu’aux invasions mongoles l’un des royaumes les plus puissants d’Europe.

C’est sous cette forme que l’Ukraine a d’abord existé. Puis elle a passé la renaissance sous domination polonaise, ce qui explique que greco-catholiques  et orthodoxes y coexistent encore aujourd’hui. L’orthodoxie ukrainienne est d’ailleurs unique puisqu’elle relève du patriarcat de Kiev, différent de celui de Moscou (également présent en Ukraine).

 

Andreï Kourkov, figure de proue de la littérature

Les arts ukrainiens sont marqués par la tension entre volonté d’émancipation et influence du voisin russe. Ainsi, c’est au début du XIXe siècle que se renforce la littérature ukrainienne, motivée par une volonté des écrivains de codifier leur langue et de marquer par là leur différence vis-à-vis des Russes.

C’est dans ce contexte qu’Ivan Koltiarevsky rédige « Elenya », une importante œuvre en ukrainien. Taras Chevtchenko prend ensuite le relais et son œuvre, dense, participe au mouvement nationaliste ukrainien. L’Ukraine donne naissance à d’autres écrivains connus surtout pour leur œuvre en russe : Mikhail Boulgakov et Nicolas Gogol. Aujourd’hui, la figure de proue de la littérature ukrainienne est Andreï Kourkov qui cultive le paradoxe d’écrire en russe tout en traitant de la vie en Ukraine post-soviétique.

Le cinéma est aussi marqué par cette influence russe. Les deux réalisateurs ukrainiens les plus renommés sont Alexander Dovzhenko et Marc Donskoï, mais ceux-ci n’ont pas franchi les frontières avec succès. Le film le plus célèbre ? Le Cuirassé Potemkine du russe Eisenstein. Celui-ci traite de la révolte des marins russes en mer Noire, qui culmine avec la révolution avortée de 1905.

Quant à la peinture ukrainienne, elle est longtemps restée religieuse. Ces lettres de noblesse lui ont été données par Sonia Delaunay, émigrée à Paris, et Kasimir Malevitch. Les Ukrainiens se distinguent aussi par la pysanka, l’art de l’oeuf peint, vieille tradition d’origine villageoise.

 

La cuisine ukrainienne

Outre le bortsch, cette soupe au chou et betteraves, la cuisine ukrainienne est connue pour ses varenykys, sorte de raviolis farcis de pomme de terre, de fromages, de cerises… Le Kiev Tort, ou gâteau de Kiev, est fait de noisette et de meringue. Il fait loi dans la capitale de même que les côtelettes à la kievienne, faîtes à partir de… blanc de poulet. Les repas peuvent être arrosés de horilka, (on prononce Gorilka) la vodka ukrainienne.

La musique ukrainienne traditionnelle doit beaucoup aux kobzary, les troubadours qui narraient les hauts faits des cosaques. Elle a ensuite cédé la place à la musique classique, dont le représentant le plus célèbre est Sergeï Prokofiev. Aujourd’hui la musique ukrainienne est comme celle des voisins européens, faite de pop et de rock. Les groupes Okean Elzy, Dakha Brakha ou encore Jamala (gagnante de l’Eurovision 2016) en sont les plus célèbres représentants.