Dans les forêts du nord-ouest de l’Ukraine, l’exploitation illégale de l’ambre, une pierre jaune produite par la sève fossilisée des arbres, rapporte gros. Reportage avec Andreiy*, étudiant devenu mineur à Dubrovytsia.

À gauche, un mineur creuse la terre pour extraire de l’ambre. A droite, un homme montre ses “prises”. Photos publiées sur Instagram.

Il faut dix minutes de voiture pour atteindre la forêt depuis Dubrovytsia, petite ville de dix mille habitants, dans la région de Rivne, en Ukraine. Malgré les 40 centimètres de neige qui recouvrent intégralement la route et le sol, de larges crevasses gondolent la ligne d’horizon. Certaines sont à peine visibles, d’autres atteignent la taille d’une petite piscine. Elles ont été creusées par les mineurs illégaux d’ambre.


Vidéo: Liselotte Mas et Emma Donada

En hiver, l’activité se devine aux voitures garées au bord de la route principale. Andreiy, dont le prénom a été changé, connaît chacun de leur propriétaire. A l’approche d’un véhicule, il s’assure toujours de ne pas rencontrer les leaders de groupes concurrents avec lesquels il pourrait avoir des problèmes. Contrairement à d’autres, le jeune homme de 26 ans explique ne pas payer de “protection” aux autorités ou à la mafia locale.

Il fait partie des “petits mineurs”. Ceux qui extraient pour leur propre compte avec des instruments rudimentaires et qui sont donc plus vulnérables aux menaces et aux arrestations. Car si trois entreprises exploitent légalement le sol de la région, la majorité des produits mis sur le marché sont extraits frauduleusement.

Une pompe utilisée pour injecter de l’eau à grande vitesse dans le sol. Photo publiée sur Instagram.

Formée par la sève fossilisée des arbres, l’ambre se situe à quelques mètres de la surface, notamment au pied des sapins géants du nord-ouest ukrainien. Pour en extraire de grandes quantités, les mineurs creusent des trous et utilisent des pompes à eau qui font remonter la pierre dans leurs filets.

Une fois polie, elle peut prendre différentes couleurs, du brun au jaune clair. Auparavant utilisée pour ses propriétés médicinales ou pour chauffer les foyers, l’ambre est désormais au cœur du marché international des gemmes. Il y a cinq ans, des contrebandiers chinois se sont intéressés aux mines ukrainiennes artisanales. Depuis, le cours de l’ambre a grimpé jusqu’à faire exploser les prix et rendre son extraction très attractive.

Un cadeau empoisonné

Aucun contrôle ne permet de limiter les atteintes à l’environnement ou de protéger les mineurs. Conséquences: la forêt est dévastée, les nappes phréatiques polluées et les animaux sauvages chassés de leur territoire. Il est même devenu dangereux de se promener dans les bois où les villageois allaient autrefois cueillir plantes sauvages, champignons et myrtilles.

Un mineur porte un petit sapin fraîchement coupé sur son épaule. Photo publiée sur Instagram.

Selon les autorités locales, l’activité ferait vivre “la moitié de Dubrovystia“. Comme beaucoup d’autres, Andreiy a fait des études supérieures. Diplômé en sciences sociales, il a ouvert un petit commerce grâce à la vente des pierres. Un parcours ordinaire dans une région où les opportunités professionnelles sont rares. La “ruée vers l’ambre” attire des travailleurs de tout le pays venus tenter leur chance dans les bois de Dubrovytsia.

*Le prénom a été changé

Emma Donada et Liselotte Mas