Sport national dans les pays de l’est, les échecs sont très répandus en Ukraine. Exercices de mémoire et de logique, ils sont enseignés dès le plus jeune âge. Visite dans une école d’échecs, au centre de Kiev.

En Ukraine, les élèves apprennent les échecs dès l’âge de trois ans. Crédit: Amandine Rouve

Cinq petits visages concentrés fixent le mur d’un air songeur. Sur un échiquier géant reproduit devant eux grâce à un rétroprojecteur, fous et cavaliers s’animent. Derrière son ordinateur, un professeur place les pions. Pour les élèves de cette école d’échecs du centre de Kiev, un seul objectif: parer les coups. “En un sens, une partie d’échecs, c’est une vie: à chaque étape, il faut apprendre les conséquences“, observe Dmytro Semenov, fondateur de l’école et entraîneur professionnel. 

Plus de cent enfants viennent s’exercer ici chaque jour après la classe ou pendant leur temps libre. L’école compte trois grandes salles et des dizaines de tables, alignées deux par deux, une chaise de chaque côté. Ici pas de pupitres mais des quadrillages noirs et blancs. Venu d’orient, le jeu d’échec s’est développé en Europe de l’est au XXe siècle et fait aujourd’hui pleinement partie du paysage culturel ukrainien.

Pour Dmytro Semenov, cette popularité s’explique facilement: “c‘est un jeu ludique, avec des objets attirants pour les plus jeunes“. Joignant le geste à la parole, il perche un cheval blanc sur une petite pile de tours noires.

Crédit: Amandine Rouve

En Ukraine, de nombreux enfants pratiquent les échecs dès l’âge de trois ans, en club ou à domicile. “C’est une activité traditionnelle, que les parents encouragent et apprennent à leurs enfants, cela fait partie de l’éducation“, explique-t-il.

Anna Muzychuk a été sacrée championne du monde d’échecs rapides en décembre dernier, et semble un parfait exemple de ce système. Elle a commencé à manier les pions dès l’âge de trois ans, puis a très vite choisi d’en faire son métier. “J’ai joué de façon très sérieuse depuis mes débuts, j’ai très vite su ce que je voulais: dès l’âge de six ans, j’étais championne d’Europe“. Pour elle aussi, les échecs sont avant tout une école de la discipline: “cela développe des qualités comme la mémoire ou la logique, mais c’est aussi une façon d’apprendre la maîtrise de soi: être poli, se battre sans violence, respecter les règles“.

Elle fait partie des soutiens au nouveau programme lancé dans la ville de Lviv, où elle habite. Depuis un an, la pratique des échecs s’inscrit dans le programme scolaire de tous les enfants qui fréquentent l’école publique. “Je pense que c’est une bonne chose, et j’espère que cela va se répandre dans d’autres villes“, précise-t-elle. Ailleurs, leur pratique est aussi très souvent une matière optionnelle.

Elisaveta Marchenko, championne d’Ukraine des moins de 8 ans. Crédit: Amandine Rouve

Dans la plus petite salle pièce de l’école d’échecs de Kiev, Elisaveta Marchenko, 7 ans, a choisi les blancs. Sous les portraits des plus grands champions punaisés sur les murs, elle ferme les yeux quelques secondes, puis déplace une pièce. Pour elle, les échecs semblent plus qu’un jeu. Elisaveta s’entraîne avec son père, visiblement peu disposé à la laisser gagner. “Les échecs apprennent aux enfants ce qu’ils doivent savoir: à gagner, à perdre, à avoir un esprit de battant“, explique-t-il.

En fait, nous leur apprenons à être humains“, complète l’entraîneur. La méthode semble porter ses fruits: en 2016, la fillette était championne d’Ukraine dans sa catégorie. 

Malgré une grande popularité et plusieurs dizaines de milliers de joueurs aguerris aux tournois nationaux, les échecs de haut niveau ne restent accessibles qu’à une petite poignée d’élus. On compte en Ukraine une centaine de joueurs professionnels vivant exclusivement de leur sport.

Partout en Europe de l’est, on considère les joueurs d’échecs comme des athlètes à part entière. “C’est un sport intellectuel bien sur, reconnait Dmytro Semenov, mais il ne faut pas négliger une très bonne condition physique, car les matchs des plus grands peuvent durer jusqu’à cinq ou six heures”.